08/02/2011

© Eric Pougeau & les cartes Klet – Ko


Ça que je trouve si merveilleux, qu’il ne se passe pas de jour — (sourire) — le vieux style ! — (fin de sourire) — presque pas, sans quelque enrichissement du savoir si minime soit-il, l’enrichissement je veux dire, pour peu qu’on s’en donne la peine. (La main de Willie réapparaît tenant une carte postale qu’il examine de très près.) Et si pour des raisons obscures nulle peine n’est plus possible, alors plus qu’à fermer les yeux — (elle le fait) — et attendre que vienne le jour — (elle ouvre les yeux) — le beau jour où la chair fond à tant de degrés et la nuit de la lune dure tant de centaines d’heures. (Un temps.) Ça que je trouve si réconfortant quand je perds courage et jalouse les bêtes qu’on égorge. (Se tournant vers Willie.) J’espère que tu ne perds rien de — (Elle voit la carte postale, se renverse davantage.) Qu’est-ce-que tu tiens là, Willie, tu permets ?




Samuel Beckett, Oh les beaux jours, Paris, Les Éditions de Minuit, 1963.


Tags : ,

Laisser un commentaire




Copyright © D-Fiction