Sforzinda

Babel signifiait, Dieu le père …. La tour de Babel signifiait donc la tour du père Dieu.
Josèphe, à la vérité, dit que Babel signifiait confusion.

Voltaire. Dictionnaire philosophique.

 

 

Dans son Trattato di architettura (Florence, vers 1465), Le Filarete enferme, Sforzinda, la cité idéale  dans un cercle. Le plan explore des modèles reposant sur l’ordre, la rationalité et l’hygiène.

Sa forme de base sera constituée par deux carrés superposés, sans que leurs angles coïncident, mais chaque angle sera à égale distance des deux autres. Dans chaque angle j’entends faire un arrondi, à savoir une tour ronde. Les murailles octogonales auront six brasses d’épaisseur et j’entends qu’elles soient quatre fois plus hautes que larges. Les portes seront placées aux angles non orthogonaux; quant aux rues, elles partiront des portes et se dirigeront toutes vers le centre.
C’est là que je situerai la Place, qui aura un stade de long et un demi-stade de large. Au fond de la place s’élèvera la Cathédrale, avec ses appartenances. De l’autre côté se trouvera la Cour, c’est-à-dire le palais du prince, mais aussi les autres palais annexes, comme ceux du podestat et du capitaine, ainsi que tous les édifices qui en dépendent. Au milieu de cette place s’élèvera une tour, construite à ma façon, et suffisamment haute pour que de son sommet on découvre tout le pays. Puis de part et d’autre de la Place, nous en aménagerons deux autres : l’une pour les marchands, l’autre pour le marché des denrées d’usage courant. À un angle droit en prolongement de la Place, nous laisserons un espace d’un stade pour y faire le marché au bétail et autres marchandises et en prolongement de la façade du Palais, nous laisserons un espace tout aussi large, pour y organiser, à l’occasion, des fêtes, tournois ou autres festivités.
(Le Filarete)

Le plan, radial, obéit aux exigences symboliques de l’époque, définissant un environnement, spatial, adapté aux transformations sociales, politiques et économiques en cours. À l’ombre de la cité, se dessine le cadre du travail salarié, du chômage et d’un individu « libéré ». L’architecte est désormais au service des grandes familles de marchands et de la finance. Le plan, à valeur icônique, est une représentation de leur puissance. Au coeur de Sforzinda, se dresse la tour du  « Vice et de la Vertu » . Comportant dix étages et disposant d’une maison de prostitution.

Libido sciendi, Sentiendi ou domninandi  souffle sur la cité.

Ordre, pouvoir et obscénité. La libido, dans l’acception qu’en a Augustin, pousse l’homme à satisfaire sa concupiscence. Libido sentiendi, le besoin de satisfaire les désirs de ses sens. Libido sciendi sa vanité.

Au milieu de cette place s’élèvera une tour, construite à ma façon, et suffisamment haute pour que de son sommet on découvre [ surveille] tout le pays. (Le Filarete)

Libido dominandi, la puissance de domination qui mobilise le puissant  et fonctionne comme un aphrodisiaque. Ou un agent destructeur. Première scène d’une tragédie.

La signature de Filarete est une  abeille

Deux siècles et demi plus tard, La fable des abeilles (Londres, 1714) de Mandeville prophétise que « les vies privées font la vertu publique« , par l’action de la Providence (divine). On évoquera postérieurement l’action d’une main invisible…(Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Adam Smith, Londres, 1776)

Oui mais Babel…

Babel ne veut pas seulement dire confusion au double sens de ce mot, mais aussi le nom du père, plus précisément et plus communément, le nom de Dieu comme nom de père. La ville porterait le nom de Dieu le père, et du père de la ville qui s’appelle confusion. Dieu, le Dieu aurait marqué de son patronyme un espace communautaire, cette ville où l’on ne peut plus s’entendre. Et on ne peut plus s’entendre quand il n’y a que du nom propre, et on ne peut plus s’entendre quand il n’y a plus de nom propre. Jacques Derrida. Tours de Babel.

Forclos.

Texte © Hélène Clemente – Oeuvre © François Morellet (actuellement en acte au Centre Georges Pompidou).

Tags : , ,

Laisser un commentaire




Copyright © D-Fiction