Retour à Yirminadingrad : direction Adar !

Boissel-Yirminadingrad-Image3

Un jour d’automne 2008, je franchissais la porte de la librairie Scylla à Paris. Conversant avec Xavier Vernet, le maître des lieux, nous évoquions un certain nombre de thèmes et d’auteurs obsédants : Ballard, l’entropie sociale, la dystopie, Volodine, Dick, le genre post-apocalyptique, la dérive psycho-géographique dans des territoires incertains. Xavier Vernet me tendit un livre au titre étrange : Yama Loka Terminus et au sous-titre non moins étrange : Dernières nouvelles de Yirminadingrad. Il était dû à deux auteurs : Léo Henry et Jacques Mucchielli. Je rentrais chez moi et lisais ce volume en un week-end. Ce fut un choc ! : ce livre allait dans mon esprit marquer d’une pierre angulaire la science-fiction française. Depuis l’aventure a continué, et avec d’autres auteurs… Mais aujourd’hui, il est devenu impossible de se procurer ces volumes et les Éditions Dystopia qui les publient, ont besoin de vous. Léo Henry s’en explique ci-dessous.

Xavier Boissel

 

Boissel-Yirminadingrad-Image2

 

Il y a dix ans jour pour jour, on travaillait avec Jacques Mucchielli sur un livre à quatre mains qui a fini par paraître en 2008 : Yama Loka terminus. Recueil d’une vingtaine de récits (dont deux accessibles gratuitement ici) et vue en coupe de la ville imaginaire de Yirminadingrad, un port cosmopolite sur la Mer noire, ancré dans un futur fluctuant aux accents archaïques. C’était la première pierre d’un projet ouvert à la croisée des genres : science-fiction, politique, expérimental, placés sous les mânes de Philip K. Dick, Antoine Volodine, JG Ballard et Thomas Disch.

Deux autres livres ont suivi : Bara Yogoï en 2010 et Tadjélé en 2012, autour de cette même cité, son existence fluctuante, ses mythes, son impossible cohérence. L’illustrateur Stéphane Perger, puis l’écrivain Laurent Kloetzer nous on rejoints sur le chemin.

Il y a eu un site web, un spectacle musique & projections, un pamphlet distribué dans les manifs anarchistes, une mixtape électro. Yirminadingrad est devenue, en une décennie, un lieu d’accueil pour camarades en exil, un endroit où se retrouver, où rêver et travailler ensemble.

Adar, le quatrième volume du projet, est à paraître à l’automne 2016 : il contient treize textes écrits par douze nouveaux auteurs en résidence dans la cité imaginaire : Stéphane Beauverger, David Calvo, Alain Damasio, Mélanie Fazi, Vincent Gessler, Sébastien Juillard, Laurent Kloetzer, Luvan, Norbert Merjagnan, Jérôme Noirez, Anne-Sylvie Salzman et Maheva Stephan-Bugni. Mais Jacques Mucchielli est mort peu de temps après notre décision de compiler ce dernier ouvrage. Adar est, ainsi, le terme littéraire de Yirminadingrad.

Pour financer la réimpression de Yama Loka terminus et Bara Yogoï (en voie d’épuisement) et faire paraître ce dernier volume, les Éditions Dystopia ont lancé un crowdfunding qui court jusqu’à fin du mois de mars 2016. On peut y pré-commander le livre, s’offrir des versions reliées, acheter des originaux des dessins de Stéphane Perger.

 

Boissel-Yirminadingrad-Image1

 

Yirminadingrad est l’aventure la plus étrange et gratifiante que j’ai menée jusque-là. Elle est née d’une amitié et d’un boulot commun avec Jacques, a grandi par à-coups, accidents et concaténations depuis dix ans, s’est enrichie, au fil du temps, d’innombrables rencontres.

Yirminadingrad est immense, tentaculaire et sale. Déroutante, aussi, et sourdement séduisante : ses lumières sont des phares qui brillent au terme de l’autostrade.

Vous serez bientôt parmi nous. Vous êtes les bienvenus !

Léo Henry

Textes © Xavier Boissel & Léo Henry – Illustrations © Stéphane Perger

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire




Copyright © D-Fiction