Storytelling v/s Littérature

 

[…In progress…]

 

On ne va pas nous raconter d’histoires. Pas l’histoire. Pas ses faits, errants méfaits, majoritairement. Majoritairement, l’histoire dite est errement, ne dit que l’ère mensongère. Les faits dits s’y déploient dans son désordre et sa violence. […] On ne va pas nous raconter d’histoires, mais le mythe. Le mythe lui est véridique, dit le vrai, il dit vrai et il est vérifié, est fait vrai, et il ne nous dit que les vrais faits. Car il nettoie l’histoire sale des faux faits, tous ceux qui errent sans idée, qui vagabondent, qui s’excentrisent sans raison…
Brice Bonfanti

Les Mille et une nuits sont le principe de la littérature : raconte-moi une histoire ou je te tue !
Tahar Ben Jelloun

Depuis Shakespeare, on ne peut rien inventer de nouveau : la seule chose qu’on peut faire, c’est changer de position, faire un pas de côté pour raconter la même histoire de base. Ce pas de côté, c’est travailler la langue. […] Les écrivains aussi servent à la société, à mettre en place un ciment de cohésion sociale. Ceux qui s’intéressent à la langue plutôt qu’à l’histoire font œuvre de salut public.
Philippe Djian

Cette histoire n’est plus la nôtre mais à qui la voudra.
Jean-Jacques Viton

J’ai besoin de recourir aux mythes, parce que ce qui nous fonde, ce sont des histoires.
Camille de Toledo

Je n’ai pas aimé cette histoire de whisky, dit John Isidore. C’est dégradant.
Philip K. Dick

Il y avait le moi qui écrivait. Il y avait le moi dont je me souvenais. Et il y avait le moi sur lequel j’écrivais, le protagoniste de l’histoire.
Christopher Priest

Puis, de façon tout à fait inattendue, j’arrivai à la fin de mon histoire. Elle s’arrêtait brutalement, faute d’événements à raconter.
Christopher Priest

Je savais que répondre au questionnaire de Laureen ne produirait que des demi-vérités. Il n’y avait pas de place pour l’élaboration dans les réponses littérales, pas de possibilité de métaphore, ou d’histoire.
Christopher Priest

Il ne fallut pas longtemps aux Américains pour savoir qu’ils n’avaient pas les mêmes choses à sentir, les mêmes choses à savoir et les mêmes choses à vivre que les Anglais qui avaient fait le langage qui était tout le langage que les Américains avaient pour raconter leur histoire. Et que pouvaient-ils faire ? Ils devaient faire quelque chose, parce que tout le monde doit raconter toute son histoire à  sa propre façon et depuis le commencement les Américains savaient qu’ils avaient une histoire à raconter et qu’elle n’avait rien du tout à faire avec l’histoire que les Anglais qui avaient leur langue avaient à raconter.
Gertrude Stein

Bon ! Ils se révoltent, le zigouillent méticuleusement et vont se livrer avec le bateau à une piraterie sans fantaisie, dans une mer quelconque. C’est une histoire vraie ; de plus morale.
André Malraux

Clappique était fatigué, il n’a raconté que deux jolies histoires : celle d’un voleur chinois qui fut acquitté pour s’être introduit par un trou en forme de lyre dans le Mont-de-Piété qu’il cambriolait, et celle-ci : Illustre-Vertu, depuis vingt ans, élève des lapins. D’un côté de la douane intérieure, sa maison, de l’autre, ses cabanes. Les douaniers, remplacés une fois de plus, oublient de prévenir leurs successeurs de son passage quotidien. Il arrive, son panier plein d’herbe sous le bras. « Hep là-bas ! Montrez votre panier ». Sous l’herbe, des montres, des chaînes, des lampes électriques, des appareils photographiques. « C’est ce que vous donnez à manger à vos lapins ? – Oui, monsieur le directeur des douanes. Et (menaçant à l’égard desdits lapins) s’ils n’aiment pas ça, ils n’auront rien d’autre ».
André Malraux

Toutes les statues, les rues, les édifices, ont changé de nom, toutes les dates ont été modifiées. Et le processus continue tous les jours, à chaque minute. L’histoire s’est arrêtée. Rien n’existe qu’un présent éternel dans lequel le Parti a toujours raison.
George Orwell

Les buts du new-age et de la biotechnologie, qui se rejoignent dans leur utilisation de l’informatique et des réseaux, se rejoignent surtout dans leur dimension politique évidente : provoquer le passage de chacun du statut de personne qui fabrique sa propre histoire à celui de personnage d’une fiction globale et nauséeuse, au sein de laquelle se libérer de toute notion de responsabilité individuelle.
Bertrand Leclair

Habiter le silence, parce que ça ne marche pas, ça ne marche plus, le reste, se raconter des histoires, penser à un vieux film, retracer la vie des stars avec les dates, les lieux de tournage ou d’enterrement… Toujours ça bifurque, les histoires, ça dérape, on s’en rend même pas compte et revoilà les souvenirs, le passé, les embrouilles.
Bertrand Leclair

Tant pis si cette lettre, vous ne me la pardonnez pas. C’est moins grave, pour moi, de l’écrire, c’est moins grave, oui, que, pour vous, de refuser La Destruction capitale.  Qu’allez-vous faire ? Les films d’aventure ou les films comiques ne se trouvent pas quand on les cherche. Rien ne se trouve quand on le cherche. Hiroshima, le script, c’est l’impossibilité de trouver une histoire que vous cherchiez. C’est pour ça que c’est bien.
Marguerite Duras

Pour l’amour du ciel Stillman, gardez votre sang-froid ! Vous ne pouvez pas voir cette histoire du même oeil que moi !
Howard Fast

Nul n’est aujourd’hui en mesure de s’assumer comme sujet de pouvoir, sujet de savoir, sujet de l’histoire. Et nul ne le fait plus d’ailleurs. Nul n’assume plus ce rôle incommensurable, qui a commencé de sombrer dans le ridicule avec l’univers de la psychologie et de la subjectivité bourgeoise pour se trouver aujourd’hui simplement effacé dans la transparence et l’indifférence.
Jean Baudrillard

Ce que la psychanalyse n’a pas vu, c’est qu’il nous arrive heureusement toujours autre chose, un événement sans précédent, qui inaugure non pas une histoire, mais un destin et qui, parce que sans précédent, nous libère de cette genèse et de cette histoire. [...] Les seuls malades sont ceux de la séduction, [...] ceux qui n’ont pas connu cette seconde naissance initiatique et qui, pour cette raison, resteront encloués dans leur histoire œdipienne et voués à la psychanalyse.
Jean Baudrillard

Nous connaissons [...] l’étrange familiarité que retrouve le cours des choses lorsqu’il joue tout seul, par une contiguïté événementielle pure – c’est-à-dire quand nous ne lui opposons pas nos enchaînements rationnels, nos constructions logiques et finales, ou le déroulement second d’une histoire.
Jean Baudrillard

Il faut penser (pourquoi chercher une vraisemblance à des histoires imaginaires ? Mais justement, ce sont celles-là, et jamais les histoires vraies, qui exigent de trouver une solution secrète, elles sont comme les traits d’esprit qui exigent une forme spirituelle d’analyse), il faut donc penser – et cette hypothèse, nous le sentons bien, a tout elle-même d’irréel, aussi irréelle que les preuves qui lui manquent et lui manqueront toujours – que tout se joue dans l’immanence réversible des choses qu’il suffit de saisir.
Jean Baudrillard

Le ciel ainsi, avec ses signes qui tournent, est bien une arche d’alliance où s’enchaînent les constellations, qui s’arrangent d’elles-mêmes comme un destin cérémonial. Naître sous un signe n’est pas du tout l’interpréter ou le faire signifier selon son sens : c’est s’affilier à lui, c’est passer une alliance avec lui, c’est lui reconnaître une puissance de prédestination. [...] L’erreur est toujours d’accorder du sens à ce qui n’en a pas. Le destin, au sens d’une forme inéluctable et récurrente de déroulement des signes et des apparences, est devenu pour nous une forme étrange et inacceptable. Nous ne voulons plus d’un destin. Nous voulons une histoire. Or la cérémonie était l’image du destin.
Jean Baudrillard

[...] ce qui lie personnellement des sujets (ce qui fait qu’il sont en commun une histoire, c’est-à-dire un rapport qui s’inscrit dans le temps) c’est toujours, en dernière instance, une dette symbolique, et donc une forme quelconque de fidélité à honorer. [...] Ceci explique que l’échange marchand n’organise pas simplement la circulation économique des choses. Il définit simultanément une nouvelle métaphysique des rapports humains. En m’acquittant sur le champ de ce que je dois, ce que j’achète également, c’est le temps impliqué par l’obligation traditionnelle d’attendre pour rendre et donc, par la même occasion, le droit de ne pas avoir d’histoire avec ceux qui m’ont rendu service.
Jean-Claude Michéa

Notre sensibilité moderne nous incite à penser que si une histoire est allégorique, les événements qu’elle décrit ont peu de chances d’être réels. Les écrivains modernes veulent vider les histoires de leur sens afin de les rendre plus naturalistes. Pour les anciens qui croyaient que chaque chose qui arrivait sur Terre était guidée par le mouvement des étoiles et des planètes, plus le récit mettait en valeur ces schémas « poétiques », plus le texte semblait vrai et réaliste.
Jonathan Black

Cette histoire est très simple, mais elle aurait pu être très compliquée. Aussi : c’est une histoire inachevée, parce que ce genre d’histoires n’a pas de fin.
Roberto Bolaño

Laissons donc de côté l’imagination, qui n’est qu’un mot, et considérons une faculté bien définie de l’esprit, celle de créer des personnages dont nous nous racontons à nous-mêmes l’histoire.
Henri Bergson

Il n’y a pas d’histoires vraies, m’a-t-elle répondu. Mais il arrive, par hasard presque, qu’elles contiennent une part de vérité. Parfois.
Joyce Carol Oates

J’avais depuis longtemps l’obsession de comment Hollywood te raconte des histoires et je me suis mis, assez spontanément, en fait, à raconter une histoire de scénaristes embauchés par la Mouton-Goldwyn-Meyer, pour voir les choses vraiment à travers les lunettes de Hollywood, si tu vois ce que je veux dire…
Joseph Mouton

[...] peut-être la mémoire est-elle trop peu fiable pour que l’histoire soit confiée au seul héros. Il faut que quelqu’un d’autre ait observé l’événement pour lui conférer une certaine crédibilité : si personne ne se souvient de votre histoire, comment allez-vous prouver qu’elle est bel et bien arrivée ?
Emily St John Mandel

Qu’est-ce qu’on peut bien ressentir quand ce qu’on écrit – que ce soit une histoire, un roman, ou un article – a un impact sur la vie des gens, pour le meilleur ou pour le pire ?
Adam Langer

Mon père est mort le lendemain de ma conception. Je ne connais personne qui l’ait vu tomber de ses propres yeux, mais tous les sans-retraites de Yirminadingrad ont une version de l’histoire à raconter.
Léo Henry & Jacques Mucchielli

L’histoire commence. Ce peut être la nuit. Roman noir. Pour nous quand nous y sommes. Nous y sommes toujours, attendons.
Jean Thibaudeau

Et Moydia se couchait sur son lit, elle était de plus en plus agitée, comme une histoire qui n’a ni début ni fin, rien qu’une passion semblable à l’éclair.
Djuna Barnes

Elle lui racontait des histoires qu’elle lui avait déjà racontées, concernant toute sa propre vie, comme si, du fait qu’elle n’était pas encore écoulée, cette vie pouvait lui être de quelques secours.
Djuna Barnes

Quand on a à faire l’histoire d’un animal, inutile et impossible de choisir entre le métier de naturaliste et celui de compilateur : il faut recueillir dans une seule et même forme du savoir tout ce qui a été vu et entendu, tout ce qui a été raconté par la nature ou les hommes, par le langage du monde, des traditions ou des poètes.
Michel Foucault

Je n’ai jamais aimé les histoires. Peut-être parce que j’ai toujours préféré les vivre, et qu’il me semble un peu absurde de coucher par écrit ce que l’on pourrait coucher dans son lit. Il me semble que la théorie a plus de force, plus d’importance, parce qu’une théorie, justement, on ne peut pas la vivre. C’est une chose abstraite, une chose indépendante. Peut-être est-il vrai de dire, d’ailleurs, que la vraie fiction, c’est la théorie, alors que les histoires qui prétendent être fictives ne le sont pas tant que ça ; elles pourraient être vraies, et parfois même, elles le sont vraiment.
Jérôme Orsini

Ainsi, une évolution, qu’elle soit biologique, sociologique ou politique, n’est jamais frontale ni régulière. L’histoire ne s’avance pas massivement comme un fleuve. Elle bourgeonne de façon marginale, se développe de façon déviante selon le schéma :
innovation → déviance → tendance → nouvelle norme ou orthodoxie
Edgar Morin

Il y avait des histoires, variées, multiples, asynchrones, non pas une histoire. […] La fin de notre préhistoire, de notre histoire, de nos histoires, n’est pas proche. Préparons-nous à tout, sauf à l’avenir radieux.
Edgar Morin

Aujourd’hui, de plus, l’histoire porte dans ses flancs une charge explosive mortelle et pourrait exploser en plein vol.
Edgar Morin

John m’a interdit de m’abandonner aux rêveries. Il dit qu’avec ma manie d’inventer des histoires, dans l’état de fragilité où je me trouve, je serai bientôt la proie aux chimères les plus extravagantes et que je ferais bien mieux d’employer toute ma volonté et mon bon sens à réfréner cette tendance.
Charlotte Perkins Gilman

L’histoire désigne seulement l’ensemble des conditions si récentes soient-elles, dont on se détourne pour « devenir », c’est-à-dire pour créer quelque chose de nouveau.
Gilles Deleuze

Je vais vous conter l’histoire comme elle s’est passée, et vous pourrez vous faire une opinion. C’est tout ce que je suis en droit de demander, pour l’instant, et c’est déjà beaucoup, je crois.
Howard Fast

Quoi qu’il arrive, il existe une explication logique. Cette histoire est un vrai labyrinthe et, si nous nous laissons égarer, nous sommes fichus. J’ai l’impression que c’est cela qu’ils cherchent.
Howard Fast

Je lui donnais du réel, comme à moi, comme avec moi, comme devant un coeur ami du même âge, comme devant quelqu’un qui en eut été, comme devant quelqu’un du dedans, (et c’est exactement le sens de la communion, de toute communion), comme avec et à un contemporain. Incontinent et comme immédiatement, comme instantanément dans la même forme, dans les mêmes paroles, dans le même moule il entendait ceci : de l’histoire. Dans le même temps il m’entendait déjà comme un homme d’un autre temps. (Dans le même temps pour moi, car ce temps, qui était le même temps pour moi, pour lui au contraire, pour lui étrangement s’analysait aussitôt, se décomposait en un temps autre, en un temps étranger ; en un langage autre, en un langage étranger). Il m’entendait en un langage étranger. C’est dire, hélas, qu’il ne m’entendait pas du tout. Et même moins.
Charles Péguy

J’ai l’impression que cette histoire n’est que le bout de l’iceberg, que cela cache quelque chose d’énorme.
Gérard de Villiers

Une pensée tournoie dans ma tête, synchronisée à la rotation des roues, au battement des soupapes, aux micro-explosions qui se succèdent sans fin dans la chambre de combustion. L’idée est à la fois bizarre et très logique. Elle résume ma condition. Elle synthétise mon histoire. Elle est en mesure d’éclairer mon avenir. Ces hommes ne sont peut-être pas des hommes.
Maurice G. Dantec

– Tu me racontes jamais rien.
– J’ai rien à raconter.
– Tu connais pas d’histoires ?
– Non.
– Comment peux-tu vivre sans histoires ?
– Je vis pour écouter des histoires… Tes histoires.
– J’ai tellement d’histoires…
– Raconte-moi encore. Je suis là pour écouter tes histoires.
Willem Dafoe et Asia Argento dans un film d’Abel Ferrara

Comment dire une histoire sans la raconter ?
Michel Chaillou

Écrire ce n’est pas raconter des histoires, c’est raconter une histoire et son absence, c’est raconter une histoire qui en passe par son absence.
Marguerite Duras

Énumérer, c’est écrire le plus possible. À quoi bon raconter une histoire ? Toutes l’ont été au moins une fois.
Patrick Roegiers

Pourquoi est-on toujours attiré par les histoires qui ne sont pas faites pour nous ?
Émilie Frèche

L’histoire que je voudrais raconter (ou réciter : c’est peut-être, malheureusement, une sorte de mythe) est donc celle d’un renoncement. « Renoncer » a voulu dire : annoncer, énoncer. « Phraser », en grec, veut à peu près dire la même chose. Aujourd’hui, toutefois, « renoncer » signifie : ne plus vouloir, accepter. Par exemple, un destin, une fatalité : ce qui est dit. Admettons par conséquent qu’il faille apprendre à renoncer, lentement ; à ne plus vouloir prononcer. Alors, il peut y  avoir une phrase : toujours la même ; revenant de loin, nombreuse, saccadée. […] J’appelle littérature cette paraphrase infinie.
Philippe Lacoue-Labarthe

Le titre qu’a donné Artaud à toute cette conférence, et on y reviendra, est tout un programme : « Histoire vécue d’Artaud-Mômo ». Artaud ne dit pas « vie », et il ne dit pas non plus « histoire ». Il dit bien : « Histoire vécue ».
Medhi Belhaj Kacem

Dirty éclata de rire et, comme une folle, elle ne pouvait plus s’arrêter. Cherchant péniblement les mots, je lui dis :
– Ne ris plus. Jamais tu ne finiras ton histoire.
Georges Bataille

L’histoire actuelle, c’est la dérive vers la grégarité : les régionalismes, par exemple, ce sont des petites grégarités qui tendent de se reconstituer. Je crois maintenant que le seul marginalisme vraiment conséquent, c’est l’individualisme. Mais il faut reprendre cette notion d’une façon nouvelle.
Roland Barthes

Pour raconter mon histoire, il me faut commencer de très loin. Il me faudrait, si cela était possible, reculer jusqu’aux toutes premières années de mon enfance, et au-delà encore, jusqu’à mes origines les plus lointaines.
Hermann Hesse

Mais ces histoires dormaient dans les journaux d’il y a trente ans et personne ne les savait plus.
Marcel Proust

La littérature générale est effectivement nombriliste, mais les littératures dites « de genres » ou « à histoires » sont souvent indigentes.
Maurice G. Dantec

Le biosystème greffé entre mes omoplates m’envoya un signal d’initialisation. Voilà. J’avais un nouveau cerveau. J’avais une nouvelle identité. Un nouveau nom, une nouvelle existence. Je n’avais plus de passé. Il me restait une mémoire. Je n’avais plus d’histoire. Il me restait à l’écrire. Le présent était une zone de destruction totale. Le futur ressemblait à un astre où tous les possibles venaient se consumer.
Maurice G. Dantec

Quand la légende est plus belle que l’histoire, mieux vaut imprimer la légende.
John Ford

Que cela plaise ou non, nous avons tous une histoire avec Cordova.
Marisha Pessl

Je ne sais pas comment raconter ça, évoquer cette histoire sans que tout vire une fois pour toutes à la foire, au spectacle, cerner le mystère d’une déroute, à travers lui, cet homme, mon oncle. Sa jeunesse ruinée. […] Il reste difficile de dire comment l’histoire commence : on peut faire des choix arbitraires, on ne saisira rien du spectre froid du drame.
Stéphanie Polack

« Jeudi saint », a dit Keith sans façon, comme s’il s’apprêtait à raconter une histoire. Et c’était bien ça. Le Jeudi saint. La Cène. Nous nous sommes penchés sur le menu.
Nick Tosches

Il y a cette histoire absurde de l’artiste chinois à qui l’empereur avait commandé un paysage pour une pièce de son palais. La peinture achevée, l’empereur est invité à venir examiner l’ouvrage. Enchanté par ce qu’il découvre, il se retourne vers le peintre pour le féliciter. Mais celui-ci a disparu de la pièce. Il est entré dans son paysage. Il y a, dans cette histoire, quelque chose de louche. Je suis toujours parti de : il y a, dans cette histoire, quelque chose de louche.
Emmanuel Hocquard

On dit qu’il y a une différence entre les bonnes histoires et les grandes histoires… Une bonne histoire est instructive et une grande histoire est celle où l’on trouve sa propre vérité.
Un habitant de Detroit interviewé par Florent Tillon

Je suppose qu’à un moment de ma vie, j’aurais pu avoir bien d’autres histoires en réserve, mais maintenant il n’y en a plus qu’une. C’est la seule histoire que je serai jamais capable de raconter.
Donna Tartt

Je suis un sentimental. J’aime les belles histoires, celles armoriées aux amours nobles et combattantes, celles en pleurs au bord du sang des vendettas après humiliation et manipulation, celles vécues ici, à Pattaya, dans l’irréel des néons et surtout, des sentiments contre nature entre putes et clients.
Jean-Noël Orengo

En conséquence, Durst n’a pas officiellement d’histoire ; c’est-à-dire que personne à ce jour n’a pris la peine de la rassembler sous une forme cohérente. Non qu’on ait essayé de cacher ou dissimuler le fait […], Durst est même mentionné dans certains livres sur Brumholdstein, mais à une ou deux exceptions près, comme simple point de référence.
Walter Abish

Il était une fois une histoire qui commençait.
John Barth

Je n’ai pas d’histoire à raconter. Je devrais cacher ce que je vois, mais ce que je vois tourne jusqu’à demain.
Rémi Froger

Les histoires sont des individus assis sur le seuil de la maison de mon esprit.
Il fait froid dehors et ils attendent, assis.
Je regarde par une fenêtre […]
Je suis faible – mes mains tremblent.
Je tâtonne dans l’obscurité sans trouver le bouton de la porte.
Je regarde par une fenêtre.
Beaucoup d’histoires meurent dans la rue devant la maison de mon esprit.
Sherwood Anderson

Ô toi, dont la natation l’emporte sur le vol des longues ailes de la frégate, si tu comprends encore la signification des grands éclats de voix que, comme fidèle interprétation de sa pensée intime, lance avec force l’humanité, daigne t’arrêter, un instant, dans ta marche rapide, et, raconte-moi sommairement les phases de ta véridique histoire. Mais, je t’avertis que tu n’as pas besoin de m’adresser la parole, si ton dessein audacieux est de faire naître en moi l’amitié et la vénération que je sentis pour toi, dès que je te vis, pour la première fois, accomplissant, avec ta grâce et la force du requin, ton pèlerinage indomptable et rectiligne.
Lautréamont

Tu dis : les histoires ne sont jamais finies les histoires ne sont jamais vraiment finies (ou alors toutes les histoires commencent ici) c’est comme si j’accumulais les erreurs fatales dit-elle c’est comme si je disais les mots sont intacts ne touche à rien (surtout) ne touche à rien les mots doivent rester intacts s’ils veulent n’avoir aucun impact (tu crois ?).
Sylvain Courtoux

Répétez après moi : il ne faut pas prendre la réalité pour de la fiction – Vous n’aurez que deux jours pour réussir (un livre dont vous êtes le héros) – Chaque histoire n’a qu’une seule solution : on finit tous par tomber (un livre dont vous êtes le héros) – Les peuples anéantis seront directement remplacés par des porcs. […]
Sylvain Courtoux

Ma conscience a mille langues, et chaque langue raconte une histoire, et chaque histoire me condamne comme scélérat.
William Shakespeare

La vie est une ombre qui passe, un pauvre acteur qui, son heure durant, se pavane et s’agite, une histoire contée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne veut rien dire.
William Shakespeare

L’Histoire est une autre histoire.
Marcel Duchamp

Avons-nous rêvé toute cette histoire ?
René Clair

J’ai appris l’histoire, bribe par bribe, de diverses gens, et, comme il arrive généralement en pareil cas, c’était chaque fois une autre histoire…
Edith Wharton

Écrivain est très tenté d’arrêter d’écrire.
Écrivain est plus que las d’inventer des histoires.
David Markson

Au commencement était le Verbe. Au commencement de quoi au juste ?… Peut-être que le Verbe lui-même n’a guère plus de dix mille années d’existence. Ce que nous appelons histoire est histoire du mot. Au commencement de cette histoire-là était le mot.
William Burroughs

Il n’avait pas encore. Mais cette histoire-là, il n’en voulait pas. Pas d’histoire. Je n’ai pas d’histoire. Le chien non plus n’en a pas, et s’il en avait une, il ne pourrait la penser. Il est sans arrêt à l’affût. Il hume. Il est dans mes pensées. Il est en moi. Chaque histoire est un policier qui t’arrête et t’enferme – incarcéré, ai-je lu une fois. […] La vie n’écrit pas d’histoires. C’est nous qui falsifions ce qui nous arrive pour en faire des histoires où nous nous enfermons, barricadant toutes les portes. Et nous laissons la vie dehors.
Paul Nizon

Aussi, quand [l’auteur] songe à raconter une histoire et qu’il se dit qu’il lui faudra, sous l’œil narquois du lecteur, se résoudre à écrire : « La marquise sortit à cinq heures », il hésite, le cœur lui manque, non décidément, il ne peut pas. […]. Le lecteur, au lieu de demander au roman ce que tout bon roman lui a le plus souvent refusé, d’être un délassement facile, peut satisfaire au cinéma, sans effort et sans perte de temps inutile, son goût des personnages « vivants » et des histoires.
Nathalie Sarraute

Je déteste tous les livres qui suivent la chronologie, qui commencent au berceau et finissent à la tombe. La vie ne se déroule pas comme ça, même si les gens le croient. La vie commence à l’heure de la naissance spirituelle, qui peut être dix-huit ans ou quarante-sept.
Henry Miller

Je suis une raconteuse d’histoires.
Anna Gavalda

Papa ?
Oui ?
Tu me racontes une histoire ?
Bien sûr.
Une belle ?
Pas comme toutes les histoires barbantes que je raconte.
C’est ça.
Jonathan Safran Foer

Or ce qui me semble beau, ce que j’aimerais faire, c’est : donner de l’histoire (au double sens du terme : le passé, la fiction) à des lieux qui en semblent dénués – mais dont le caractère a-touristique est en réalité dû à la faiblesse conceptuelle de nos outils d’analyse.
Raphaël Meltz

L’homme a dans les quarante-sept ans, porte des lunettes, n’achète jamais un livre de poche qui coûte moins de deux dollars un quart. Il feuillette la section de la mode masculine, en rêvant d’un smoking en mohair doré. La femme est assise là avec la section magazine, et se demande pourquoi bordel personne ne les appelle pour les inviter à boire un whisky soda, quand c’est tellement rasant de rester à la maison pour lire des histoires de ghettos et d’urbanisation débridée.
Don DeLillo

D’abord, avant tout, je veux que tu me racontes une histoire. Comme dans le Maine. Comme l’histoire que tu m’as racontée cette nuit-là avant que je m’endorme. […]
– J’ai ce qu’il te faut. […]
– Est-ce que tu vas l’inventer ?
Don DeLillo

Raconter une histoire, tu parles d’un truc… autant pisser sur une Stratocaster branchée en espérant qu’il va en sortir l’hymne américain.
Thomas Day

Il faut bien qu’il y ait un commencement à une histoire quelle qu’elle soit, comme il faut bien qu’il y ait un commencement à tout, quoiqu’il n’y ait de commencement à rien. Le commencement d’une histoire est simplement le moment à partir duquel on s’intéresse à ses héros.
José Moselli

Je ne vois pas pourquoi les gens attendent d’une oeuvre d’art qu’elle veuille dire quelque chose alors qu’ils acceptent que leur vie à eux ne rime à rien.
David Lynch

Je n’ai rien à dire et c’est ce que je dis.
John Cage

Écrire une histoire, c’est tarte.
Annie Ernaux

La vraie question pour moi, ce n’est pas le roman, mais la phrase. Dans le fond, raconter des histoires m’a toujours emmerdé.
Philippe Djian

L’ensemble des professions, du mécanicien au banquier en passant par le chômeur intermittent, l’ensemble des pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire et l’ensemble des peuples, des langues et des cultures, sont représentés et mobilisés pour reproduire des morceaux de la planète et pour y rejouer des histoires.
Fabrice Reymond

[] Chapitre 3,
où c’est l’histoire
de ceci et cela, où
la ligne sera ceci
et cela
pour faire une histoire, ou alors :
Oh, il y aurait beaucoup de choses
à raconter, mais avant tout,
est-ce que tu seras là ?
[]
Samuel Rochery

Avant on y apprenait la vie, dans un livre. C’est pourquoi on empêchait les jeunes filles de lire les romans. Les maris surveillaient les lectures de leurs femmes. Mais maintenant les bonnes histoires, il y en a plein dans les journaux : sur l’infirmerie spéciale du dépôt, sur l’asile d’aliénés, n’importe quel canard bien fait en contient mille. Ça ne présente aucun intérêt pour la littérature, c’est le sujet.
Louis-Ferdinand Céline

Ce pourrait être l’histoire de Paul, Guy et Laura… ce pourrait être l’histoire de Paul, Guy… je n’y arriverai jamais… je n’y arriverai jamais… il y a… ce pourrait être l’histoi… histoire de Paul, Guy et Laura… et le son… je n’y arriverai jamais… il est tourné en… Paul et Laura… le ciné… ce pourrait être l’histoire de Paul, Guy et Laura… Paul et Laura… Laura.
Jean-Claude Rousseau

Vous voulez une histoire ? Voici une histoire. Il était une fois sous la petite ville de New York une plaque de silicium rouge brique imprimée de circuits qui fonctionnaient très bien. Hélas, toutes les bonnes choses ont une fin et, à moins qu’une tension notée V n’ait débarqué en secret dans le port de New York, à la recherche d’un support pertinent […], tout porte à croire qu’une tension V vient de débarquer ostensiblement dans le port de New York […], à la recherche d’un support pertinent : dès lors, c’est la totalité du système qui peut lui être considérée comme ouverte.
Ludovic Bablon

Fini les conteurs et leurs histoires toujours les mêmes : il nous faut de la fiction atmosphérique et indécidable, quelque chose qui nous colle à la peau et s’insinue dans nos vies. Un récit anonyme, implacable, une machine qui nous brutalise et nous affole. Seule solution : les machines. Mais celles-ci ne vont pas fictionner toutes seules : il faut les aider un peu, tout du moins au début.
Philippe Vasset

Il me semble parfois que le roman s’essaie encore et balbutie presque […] on devra (j’aimerais l’essayer) supprimer peu à peu tous les faits, tous les personnages et n’en garder qu’un qui serait comme un malade de la Salpêtrière.
André Gide

Je me souviens d’un vieux film : « Trente secondes sur Tokyo ». La vie était suspendue pendant trente secondes admirables, où il ne se passait rien. En réalité, il s’y passait tout. Cinématographe, art, avec des images, de ne rien représenter.
Robert Bresson

Vous savez, un auteur a toujours de la peine à placer son premier livre. D’autant que mon bouquin est d’un genre assez spécial, ça ne ressemble à rien. C’est une sorte de rêve éveillé, qui se déroule sur les routes berrichonnes…
Alain-Fournier

J’essaie de dire quelque chose pas de raconter une histoire raconter des histoires c’est raconter des mensonges et je veux dire la vérité sur moi sur mon expérience sur ma vérité de ma relation à la réalité sur le fait d’être assis là à écrire et à regarder Claremont Square par la fenêtre à essayer de dire quelque chose sur l’écriture et sur le fait qu’il n’y a aucune réponse à la solitude et au manque d’amour. […] S’il te plaît, raconte-moi une histoire, raconte-moi une histoire. Infantile.
Bryan Stanley Johnson

Personne ici ne désire se lier à une histoire. Nous sommes dans le futur définitivement.
Dominiq Jenvrey

La Littérature qui ne risque pas la pensée, qui ne risque pas la faute. Elle se traine une histoire. Quand l’esclavage aurait dû arrêter l’histoire de l’espèce. Quand la littérature s’en accommodait.
Dominiq Jenvrey

Qu’il soit l’œuvre d’un génie ou d’un écrivain de troisième zone, un roman est un livre où il ne se passe rien.
Ulises Carrión

Maintenant je veux dépasser l’art, dépasser la sensibilité, dépasser la vie, je veux rejoindre le vide.
Yves Klein

C’était vraiment un travail sans intérêt. Je devais écrire des histoires dont l’objectif final était de vendre un produit. […] Ça m’a appris à me méfier de la technique du « storytelling », employée aujourd’hui par nos hommes politiques : pour faire avaler l’inacceptable, ils racontent des histoires simples, où chacun peut se reconnaître. Sans doute mon expérience publicitaire m’a-t-elle encouragé à écrire des romans à l’architecture très complexe, à ne pas mâcher le travail de lecteur…
Don DeLillo

Mes films sont comme vos tableaux, ils ne parlent de rien, mais avec précisions.
Miguelangelo Antonioni à Mark Rothko

Assez du vieux roman
Assez des intrigues romanesques, des complots aux cours étrangères
[…] Je préconise hautement des thèmes plus nobles […]
Thèmes qui exaltent le présent et le réel.
Walt Whitman

– Il y a des gens qui disent ne pouvoir vous comprendre, même après vous avoir lu à deux ou trois reprises. Quel conseil leur donneriez-vous ?
– Qu’ils me lisent une quatrième fois.
William Faulkner

Mon plus cher désir est d’écrire la sorte de livres dont on dit qu’ils sont un échec.
Herman Melville

J’entends Angèle dans le salon et je l’appelle : Tu vois, je suis obéissant ; j’écris une histoire pour te faire plaisir… Je vais te confier un des secrets de la création littéraire… Au commencement, il y a une émotion légère, à peine formée, un sentiment presque indistinct qui s’éveille, encore intact ; il voudrait éclore, et il choisit la voie détournée des mots, à la place de la vie mortelle… Ce n’est pas une histoire exactement, que je vais écrire… C’est une route que je suivrai… Une route que tu reconnaîtras… où tu as passé… […].
Jacques Chardonne

Citations © DR – Illustration © Wim Wenders

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire




Copyright © D-Fiction