Fabrication de P. B. : Reprenons

reprenons
la quatrième de couverture
« depuis une quinzaine d’années
Patrick Bouvet interroge
la « condition postmoderne » :
la fabrication des images
collectives
(In situ
Shot
Direct)
la marchandisation
des corps
(Canons)
la virtualisation
du réel
par la technologie
(Chaos Boy
Open Space)
ou la culture de masse
(Pulsion lumière
Carte son) »
reprenons
P.B.
« postmoderne »
interroge
la fabrication de
P.B.
le corps de
P.B.
la culture de
P.B.
la virtualisation de
P.B.
le réel de
P.B.

reprenons
P.B.
(comme tout le monde)
est dans la position
du spectateur
c’est-à-dire le plus souvent assis
ou même couché
sommé de consommer
les événements du monde
comme autant d’images
et commentaires
jetables
défilant en boucle
à une vitesse
toujours plus grande
P.B.
scrute
cette figure
du spectateur
(citoyen ?)
fabriqué par l’industrie
et l’Histoire
cette figure aspirée
par des forces phénoménales
(le titre de travail était
Attraction)
les fêtes foraines
et le cinéma
la photographie
et les rayons X
Auschwitz
et Hiroshima
la cybernétique
et l’informatique
V2
et Apollo
les expositions universelles
les parcs d’attractions
et les grands rassemblements hippies
la télévision
et Internet
P.B.
devant son écran
d’ordinateur
fait apparaître
des personnages
et copie la tête
de l’un
sur le corps
de l’autre
(Georges Méliès
et Jeff Koons
P.T. Barnum
et Charcot
Walt Disney
et Wernher Von Braun )
reprenons
entre horreur
et féerie
un imaginaire collectif
apparaît
un imaginaire aspiré
parasité
formaté
par une industrie
du divertissement
de masse
qui en recyclant
tous les grands récits
mythiques
ou historiques
tous les héros
réels
ou fictifs
finit
par rendre le monde
lisse
plat
une copie
un double monstrueux
qui se superpose
à l’original
et le fait
disparaître

reprenons
P.B.
a la sensation d’être
une copie de
P.B.
un double monstrueux
alors
P.B. s’empare de
différentes expériences
de violence
différentes formes
de violence
différents espaces
de violence
P.B. manipule
cette violence
que nous pouvons retourner
contre nous-mêmes
ou renvoyer
P.B. parle
parce qu’il est
(comme tout le monde)
privé de la parole
par les marchands
qui accélèrent le temps
gonflent les formes
saturent l’espace
P.B. vit
(comme tout le monde)
différentes expériences
qu’il peut retourner
contre lui-même
ou renvoyer
P.B. écrit
parce qu’il faut un temps
pour exister
parce qu’il faut des formes
pour penser
parce qu’il faut un espace
pour projeter
un texte
après l’autre
P.B.
poursuit
P.B.
dans le réel
pilonné

 

Texte & Photos © Patrick Bouvet – Couverture © DR
Pour lire les autres making-of publiés sur D-Fiction, c’est ici.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire