«  »

« Et s’il n’est rien, pas le moindre objet qui puisse en tenir lieu, et si ce rien ne signe pas l’arrêt de mort sur l’instant du livre, il y aura toujours sa possible poursuite fût-ce dans le délitement même… » : 10e épisode du workshop POUR UN AUTRE CAHIER de DENIS FERDINANDE.

Irish bards & U.S. showrunners

« Nous nous sommes donc rendus à l’Historial du Roi Edward Bruce, sur le site de Faughart, dans le comté irlandais de Louth, un couvent médiéval du 11e siècle entièrement rebâti et réaménagé dans la vaste entrée duquel un panneau annonce la couleur » : 5e épisode du workshop LES STATUTS DE K. de FRÉDÉRIC MOULIN.

La main invisible

Et dans l’esprit des Conteurs, de la Mesopolis ou du Mundus Imaginalis, nous avons instillé la présence d’une hypothétique Shéhérazade qui réalimente, réanime, le processus d’exploration cognitive des IA : 8e et dernier épisode du Workshop MACHINATION, sur le Grand Paris, de RAPHAËLE BIDAULT-WADDINGTON.

Conversation avec Hélène Ling

HÉLÈNE LING s’entretient avec XAVIER BOISSEL à propos de son nouveau livre, OMBRE CHINOISE (Rivages, 2018), où elle se livre à une narration de soi sans cesse renouvelée, où l’identité se cherche, se perd et se diffracte dans un jeu de miroir fascinant. Écrit dans une langue sublime, ce roman – qui aurait pu tout aussi bien s’intituler « Soi-même comme un autre » – montre toute la puissance de la fiction.

Il faut danser comme va le violon, à ce que dit Sancho Pansa

« Un duc, un financier, un juge, un évêque, tout l’Ancien Régime corrompu est là qui cherche désespérément à renouveler son imaginaire… » : 3e épisode du workshop DEUX MARQUIS PROVENÇAUX de MARIE-PAULE FARINA.

Respirer

« Il y a une chambre qu’on imagine parfaite pour Madame et Monsieur Pompidou, un grand lit recouvert d’un boutis bleu glacé face à une télé d’époque, avec une moquette crème dans laquelle les pieds s’enfoncent, et un livre d’or pratiquement vierge » : 1er épisode du workshop ESPACES HOSPITALIERS de LAURENCE DE LA FUENTE.

Six poèmes de Denise Levertov

In Progress // Textes & Contextes // 25 mars 2018

Tirés de son ouvrage BREATHING THE WATER (New Directions Books, 1975) ces six poèmes de l’auteur américain DENISE LEVERTOV nous sont aujourd’hui proposés en français, traduits par RAYMOND FARINA.

La littérature, anabase de la liberté

CHRISTIAN MOLINIER revient sur parcours d’éditeur et d’écrivain et nous rappelle, par l’expérience qu’il a eu de l’emprisonnement, que s’il existe quelque part une liberté absolue, ce n’est pas ailleurs qu’en littérature…

Quand on n’a pas l’esprit d’inventer, il vaudrait mieux faire des souliers ou des canules

Il n’avait qu’à paraître, dit-il, et sa présence, sa laideur, sa crinière, sa parole « électrisaient » l’assemblée, il appelait cela « déterminer le troupeau » : 2e épisode du workshop DEUX MARQUIS PROVENÇAUX de MARIE-PAULE FARINA.

J’allais oublier…

« J’allais oublier — ce qui ne s’oublie pas : Nighthawks, il se peut que je sois doublé dans le feu de l’écriture si celle-ci s’ébruite… » : 9e épisode du workshop POUR UN AUTRE CAHIER de DENIS FERDINANDE.