La littérature, anabase de la liberté

CHRISTIAN MOLINIER revient sur parcours d’éditeur et d’écrivain et nous rappelle, par l’expérience qu’il a eu de l’emprisonnement, que s’il existe quelque part une liberté absolue, ce n’est pas ailleurs qu’en littérature…

Castorama

L’adage veut que 長城, la Grande Muraille soit visible en orbite, voire depuis la Lune. Mensonge éhonté. A contrario, en 2007, a été découvert grâce à Google Earth un barrage géant construit par des créatures ignorant tout des ponts et chaussées, de la famille des Castoridae, les castors : 2e épisode du workshop PARISLIKE AGAIN d’ALESSANDRO MERCURI.

Les chimpanzés fictifs

Correspondances // Xavier Boissel // 4 avril 2015

Avec sa préface à TÉLÉSCRIPTEUR WILLIAM BURROUGHS du philosophe J.-J. GOUX, XAVIER BOISSEL présente l’un de deux titres du philosophe qui inaugurent sa collection PARALIPOMÈNES aux Éditions D-Fiction.

eBooks : La Valeur sans images & Téléscripteur William Burroughs

Jean-Joseph Goux // 4 avril 2015

Les deux eBooks LA VALEUR SANS IMAGES et TÉLÉSCRIPTEUR WILLIAM BURROUGHS proposent des textes de JEAN-JOSEPH GOUX dont « Balzac, Renoir, Warhol : l’Empire de la cote boursière » est publié, ici, pour la première fois.

Set in motion memories : sur un étrange leurre

Correspondances // Making-of // Xavier Boissel // 8 janvier 2014

À l’occasion de la mise en ligne de la superbe vidéo que PARISLIKE consacre à XAVIER BOISSEL, visionnons-la tout en replongeant dans le making-of que l’auteur avait rédigé pour nous présenter son livre, PARIS EST UN LEURRE (Inculte, 2012), essai qui relate l’édification, à la fin de la première guerre mondiale d’un « double » de Paris pour leurrer les pilotes allemands en route pour bombarder la capitale.

Esquisse d’une esthétique de l’entropie : une aventure des années 60

Correspondances // Xavier Boissel // 28 juin 2012

XAVIER BOISSEL se propose ici d’explorer les liens entre la littérature de science-fiction des années soixante – principalement celle qui s’est écrite dans les pages du magazine britannique « New Worlds » – et l’avant-garde nord-américaine de l’époque – en particulier, le Minimalisme -, à partir du concept d’entropie, puissant foyer métaphorique qui irradie les productions littéraires et plastiques de ces années-là, où ne subsiste plus qu’un « monde sans hommes ». Ce texte qui est paru au printemps dans la revue L’ART MEME est proposé, à présent, ici-même !

Entretien avec Alessandro Mercuri

ALESSANDRO MERCURI s’entretient avec C. HOCTAN et J.-N. ORENGO sur la philosophie, l’histoire de l’art, les sciences, la politique, le cinéma et la littérature en revenant sur ce que leur imbrication lui permet de réaliser dans son propre travail d’écriture.