Le bain de V.

Vidéos // Virginie Foloppe // 20 septembre 2017

VIRGINIE FOLOPPE, à la suite de Pierre Klossowski avec « Le Bain de Diane », repense l’érotisme de la chair ouverte : plongée sur le corps dénudé et qui s’offre au regard dans l’effacement même de sa couleur et de sa forme, vertige de l’acte même…

Entretien avec Jean-Claude Moineau

Jean-Claude Moineau // 1 juillet 2017

JEAN-CLAUDE MOINEAU s’entretient avec H. CLEMENTE et C. HOCTAN à propos de son parcours de théoricien de l’art : de Fluxus à l’enseignement universitaire en passant par les activités « méta-artistiques » au sein du groupe META-ART, par la poésie visuelle, ou encore par le conseil à la XVe Biennale de Paris. Un parcours hors-norme qui pose une analyse sans concession sur l’art actuel et son process de financiarisation et de normativité.

Planter le décor

Prendre des photos dans la ville, c’était peut-être cultiver l’ « œil de l’architecte » comme ils disaient, attentif aux moindres détails, volumes, et perspectives, mais c’était quand même autre chose à la fois : 1er épisode du Workshop MACHINATION, sur le Grand Paris, de RAPHAËLE BIDAULT-WADDINGTON.

Conversation avec Fabrice Bourlez

FABRICE BOURLEZ s’entretient avec XAVIER BOISSEL à propos de son essai : PULSIONS PASOLINIENNES (Franciscopolis/Les Presses du Réel, 2015).

hors-champ

Correspondances // Le Collectif // Xavier Boissel // 8 octobre 2015

Indépendamment de ce qui arrive ou de ce qui n’arrive pas avec les personnes, DF restera toujours fidèle aux auteurs que le collectif a soutenus et défendus, notamment quand il s’agit de littérature comme, ici, avec « À fendre le coeur le plus dur », le splendide ouvrage de JÉRÔME FERRARI et OLIVER ROHE (Inculte-Dernière Marge, 2015) : un texte de XAVIER BOISSEL.

Entretien avec Marie-José Mondzain

MARIE-JOSÉ MONDZAIN s’entretient avec Xavier Boissel, Hélène Clemente et Isabelle Rozenbaum sur l’origine de ses recherches sur l’image – ce qu’elle nomme plus précisément les « opérations imageantes » – et son besoin constant de ré-interroger les formes et les figures, pour défendre sans relâche la liberté du regard, la dignité des sujets et l’insoumission du jugement.