Conversation avec Alessandro Mercuri

Conversations & Entretiens // In Progress // 15 juillet 2019

À l’occasion de la publication de son livre époustouflant, HOLYHOOD, VOL. 1 — GUADALUPE, CALIFORNIA (art&fiction, 2019) que l’on peut considérer sans hésitation comme l’un des livres les plus importants jamais écrits sur les États-Unis, ALESSANDRO MERCURI nous parle de la fictionnalisation du réel, à moins que ce soit de la réalité de la fiction américaine, notamment à travers l’histoire de son « État doré » et de sa cité mondiale du cinéma qui, avant d’être la célèbre Hollywood – le « Bois du houx » – aurait été cette « Cité du sacré » égyptienne : Holyhood.

Entre les lignes, l’historien se dévoile

« L’historien sait sans doute qu’il va falloir mourir. On le sait toujours au moins en théorie. L’historien se confie. En acceptant ainsi de devenir un personnage, l’historien abdique à demi le tour de passe-passe qui le plaçait hors du temps ». : 4e épisode du workshop LES STATUTS DE K. de FRÉDÉRIC MOULIN.

Violences aux frontières : Épisode 3

Historiquement parlant, il existe quatre grands types d’expulsion qui coïncident avec les quatre grandes périodes historiques : préhistoriques, antiques, médiévales et modernes. Aujourd’hui, les quatre formes énoncées sont opérantes en même temps. THOMAS NAIL s’entretient avec HÉLÈNE CLEMENTE au sujet de son ouvrage, FIGURE OF THE MIGRANT (Stanford University Press, 2015).