Let England shake : Reasoning Riots in the English Context

Deuxième & troisième épisode du workshop BLOODY WINTER/L’HIVER SANGLANT proposé par D-Fiction sur le thème de l’émeute et de la publication exclusive du journal de travail de MARK FEATHERSTONE, chercheur en sociologie urbaine et maître de conférence à l’université de Keele à Manchester : l’absence totale de positionnement critique des médias populaires britanniques, après les événements, est le fruit d’un long pourrissement.

Let England shake : The Rioter as Lumpenproletarian

Quatrième épisode du workshop BLOODY WINTER/L’HIVER SANGLANT proposé par D-Fiction sur le thème de l’émeute et de la publication exclusive du journal de travail de MARK FEATHERSTONE : le concept de Big Society lancé par James Cameron incarne l’irresponsabilité sociale et politique d’un gouvernement au service des plus puissants.

Let england shake : The Looter as Desiring Machine

Mark Featherstone // 15 janvier 2012

Cinquième épisode du workshop BLOODY WINTER/L’HIVER SANGLANT proposé par D-Fiction sur le thème de l’émeute et de la publication exclusive du journal de travail de MARK FEATHERSTONE : dans sa manière de consommer, le pillard perturbe le métabolisme du capitalisme. Il se fixe au système et le saigne comme un vampire – un vampire lié à un système lui-même vampirique. Différents commentateurs de droite en Grande-Bretagne expliquent à quel point les pique-assiettes sont intolérables pour la société. La vérité est que le pique-assiette est un révolutionnaire silencieux qui s’ignore…

Let england shake : The Sick Society

Sixième épisode du workshop BLOODY WINTER/L’HIVER SANGLANT proposé par D-Fiction sur le thème de l’émeute et de la publication exclusive du journal de travail de MARK FEATHERSTONE : l’idée qu’un groupe d’enfants puisse rechercher un peu d’appartenance dans l’espace aride de la banlieue est typiquement perçu comme relevant d’un comportement antisocial. En revanche, le banlieusard « atomisé » qui vit au coeur de cette dernière et ne peut communiquer avec les autres est, lui, pleinement social. L’ironie est évidente. Et c’est précisément parce que tout cela est évident que le spectacle des émeutes était si important dès les premiers jours du mois d’août 2011. Le spectacle était absolument nécessaire au maintien de l’ordre social…

Let England Shake : Rats and other Vermin, the Pathological Other

Huitième épisode du workshop BLOODY WINTER/L’HIVER SANGLANT proposé par D-Fiction sur le thème de l’émeute et de la publication exclusive du journal de travail de MARK FEATHERSTONE : de la société du spectacle de GUY DEBORD à l’hyper réalité de JEAN BAUDRILLARD. Comment les émeutes et les pillages ont été transformés en événement médiatique dévoré goulûment par la société comme les pillards consommèrent la rue anglaise. Ce spectacle des émeutes, presque cinématographique dans sa portée apocalyptique a pu rappelé le scénario des films de zombies tels que « 28 jours plus tard », où la société s’effondre dans un carnaval de violence et de consommation.