Chambres d’échos

Les chambres d’hôtel ou les chambres d’amis dans lesquelles je me suis retrouvée le temps d’une nuit, lors de mes déplacements professionnels en France et à l’étranger, ont été nombreuses. Ces chambres sont ainsi devenues la scène intime de mon sommeil. Au petit matin, la présence de mon corps est encore visible dans les plis des draps qu’il a produits, à la manière où Gilles Deleuze l’exprime : « Toujours je déplie entre deux plis, et si percevoir c’est déplier, je perçois toujours les plis. Toute perception est hallucinatoire, parce que la perception n’a pas d’objet ».

Photos © Isabelle Rozenbaum
Le projet « Images manquantes » est présenté ici.
Les différentes séries déjà réalisées sont visibles ici.

Tags : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire




Copyright © D-Fiction