Entre les lignes, l’historien se dévoile

« L’historien sait sans doute qu’il va falloir mourir. On le sait toujours au moins en théorie. L’historien se confie. En acceptant ainsi de devenir un personnage, l’historien abdique à demi le tour de passe-passe qui le plaçait hors du temps ». : 4e épisode du workshop LES STATUTS DE K. de FRÉDÉRIC MOULIN.

Esquisse d’une esthétique de l’entropie : une aventure des années 60

Correspondances // Xavier Boissel // 28 juin 2012

XAVIER BOISSEL se propose ici d’explorer les liens entre la littérature de science-fiction des années soixante – principalement celle qui s’est écrite dans les pages du magazine britannique « New Worlds » – et l’avant-garde nord-américaine de l’époque – en particulier, le Minimalisme -, à partir du concept d’entropie, puissant foyer métaphorique qui irradie les productions littéraires et plastiques de ces années-là, où ne subsiste plus qu’un « monde sans hommes ». Ce texte qui est paru au printemps dans la revue L’ART MEME est proposé, à présent, ici-même !