Hantologie

Il y aura dès la prochaine génération une méthode pharmaceutique pour faire aimer aux gens leur propre servitude, et créer une dictature sans larmes, pour ainsi dire, en réalisant des camps de concentration sans douleur pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront privés de leurs libertés, mais en ressentiront plutôt du plaisir. (Aldous Huxley)

Mon regard s’est arrêté sur une annonce publicitaire à mes yeux choquante, voire scandaleuse, sans que je ne décèle de suite la raison profonde. En effectuant davantage de recherches sur Internet, j’ai découvert d’autres annonces de même nature que la première et au fil de ces recherches, ce qui les reliait toutes. J’ai donc décidé de les photographier telles qu’elles apparaissaient sur l’écran de mon smartphone afin de révéler le caractère obscène de ces campagnes publicitaires que produisent des multinationales bien connues de tous, et dont le passé – souvent occulté ou ignoré – permet la pérennité de leur enrichissement avec bonne conscience. Et cela, depuis plus d’un demi-siècle.

Dans Spectres de Marx (1993), le philosophe Jacques Derrida présente l’ « hantologie » comme la manifestation de l’ontologie d’une trace à la fois visible et invisible issue du passé, qui hante le présent.

 

Cette série appartient au projet État de Veille qui propose une traversée des différents plans de notre réalité.
Texte & Photographies © Isabelle Rozenbaum