António Osório : trois poèmes

 

Résurrection de Leopoldo Panero

À José Bento

les yeux bandés
il attend la résurrection de la chair
ici, sous cette dalle.
Leopoldo Panero (1909-1962), Épitaphe

I

Non, Panero, je ne crois pas
en la résurrection de la chair.
N’attends pas sous cette dalle :
Dieu a toujours eu le visage
d’un homme incorruptible
livrant bataille à ses démons.
Lazare, qui savait tout et ne disait
Rien, se tient toujours à tes côtés.

Il vaut mieux rendre aux autres
nos quinze ans révolus,
l’espérance de rayonner
et survivre, comme des graines de luzerne,
et écrire des vers comme les tiens,
qui arrêtent le feu divin et la neige,
et les aimer comme si en eux
resplendissaient toujours tes yeux
et la foi qui les embrasaient, débarrassés de la cendre.

II

Et pourtant, Panero, je souhaite
que tu puisses étancher ta soif avec un nid d’abeilles,
raviver ton odorat avec la menthe et le fenouil,
ta vue avec ces yeux bleus que tu aimas,
ton toucher avec ta propre peau de nouveau-né.

Oui, je souhaite que tu puisses dire
que tu avais été témoin de la transfiguration
du Dieu des morts en Dieu des vivants,
et que tu as souffert plus que son Fils
pour sortir du tombeau, et que tu as oint
tes os, purifié de ta lèpre intime,
et que ton âme a pénétré ton corps
comme le printemps dans un nid.

//

Ressurrecição de Leopoldo Panero

A José Bento

vendados sus ojos,
espera la resurrección de la carne
aqui, bajo esta piedra. 
Leopoldo Panero (1909–1962), ‘Epitáfio’

Não, Panero, não creio 
na ressurreição da carne. 
Não esperes debaixo dessa pedra: 
Deus teve sempre a face 
de um homem incorruptível 
lutando contra os seus demónios. 
Lázaro, que tudo soube e nada 
disse, jaz a teu lado. 

É melhor restituir aos outros 
os nossos quinze anos, 
a esperança de que sejam luminosos 
e sobrevivam, como sementes de luzerna, 
e escrever, como tu, versos 
que detinham o fogo e a neve divinas 
e amá-los como se neles 
resplandecessem ainda os teus olhos 
e a fé que os abrasava, limpos de cinza. 

II 

E contudo, Panero, desejaria 
matar-te a sede com um favo de mel, 
com hortelã e funcho despertar-te o olfacto, 
a vista com os olhos que amavas, azuis, 
o tacto com a própria pele, recém-nascida. 

Desejaria, sim, pudesses dizer 
que presenciaste a transfiguração 
do Deus dos mortos em Deus dos vivos 
e que Ele sofreu mais que o Filho 
para sair do sepulcro, e te ungiu 
os ossos purificando a íntima lepra, 
e que a tua alma penetrou no corpo 
como a primavera dentro de um ninho.

*

Uccello

À Raul de Carvalho

Les chevaux verts et roses, terreux ou bruns,
ont seuls une allure sereine.
Les lévriers sont féroces (à nos yeux)
comme les dragons que Saint Georges saigne et supprime.
Les lapins fuient les batailles et les hommes
s’en extirpent. Que pensa-t-il de la guerre ce Paolo
qui de son vivant mérita le surnom d’Uccello ?
Quel être abominable a sillonné l’histoire
de la genèse jusqu’à Adam, Ève et la création
des animaux ? Etait-ce batailles, scènes de chasse
ou la violence indéchiffrable de l’enfer ?
Ou l’enfer fut-il pour lui le déluge, la prière
de Noé ? Quelle arche, grande comme le monde,
se réserva-t-il pour ses couleurs et ses ossements ?
Poursuit-il son vol sur l’innocence même ?

//

Uccello

A Raul de Carvalho

Os cavalos verdes e rosa, térreos ou brunos,
apenas eles comportam serenidade.
Os galgos são ferozes (reparai nos olhos)
como os dragões que São Jorge sangra e anula.
Os coelhos fogem das batalhas e os homens
extirpam-se. Que pensou da guerra este Paolo
que o sobrenome em vida mereceu de Uccello?
Que ser abominável sulcou a história
do génesis e atingiu Adão, Eva e a criação
dos animais? Eram batalhas, cenas de caça
ou a violência indecifrável do inferno?
Ou o inferno foi para ele o dilúvio, a prece
de Noé? Que arca, grande como o mundo,
reservou para suas tintas e ossos?
Continua voando sobre a própria inocência?

*

Vivaldi

Quest’ê l’Verno ma tal chegioia apporte
Vivaldi, « L’Inverno »

La fureur de donner malgré la misère,
l’asthme, les jeunes filles claustrées
ses élèves à l’Ospedale della Pietá,
où fut-elle si bien nichée en lui, ferment de vie ?

Comment lui fut –il possible de prélever
et déplacer le flux des canaux de Venise?
Et toute la joie des oiseaux au Printemps,
des gondoles ailées et des amoureux?
Et le feu dans les forêts par l’Été inondées
et la fierté recueillie des épis?
Fut-il-il le chasseur qui, à l’automne, ponte
dei sospiri , emportait avec lui sa proie,
devenant plus mûr, comme sa meute, pour la mort ?
Devant la cheminée, il entendit l’explosion
des vents et de la pluie en Hiver, mais fut-il
calme, dignement heureux le PRETTE ROSSO ?

Dix-neuf florins : ce fut le coût de ses funérailles.
Mais elles n’ont pas eu cette large indigence,
avoir tout transmis au temps et de façon si généreuse.
Soixante-trois ans : seulement six enfants
de chœur à Vienne, payés pour l’accompagner,
lui qui avait modulé le tonnerre et la foudre en septembre,
le tir infaillible du chasseur, la chance
d’avoir été et laissé plus que tous les doges:
les douze mouvements de chaque mois, l’espoir
qui remplit le monde, l’intime concert de la nature.

//

Vivaldi

Quest’ê l’Verno ma tal chegioia apporte
Vivaldi, « L’Inverno »

A fúria de dar para além da miséria,
asma, das raparigas em clausura
suas alunas no « Ospedale della Pietá »
onde em si tanto aninhou, fermentado de vida?

Como lhe foi possível retrair
e transportar o fluxo dos canais de Veneza?
E toda a alegria dos pássaros na Primavera
gôndolas aladas e amantes?
E o fogo nas florestas pelo Verão inundadas,
e ufania arrecadada das espigas?
Foi ele o caçador que no Outono, « ponte
dei sospiri », levou consigo a presa ficando
mais adestrado, ele e a matilha, para a morte?
À lareira ouviu no Inverno a explosão
dos ventos e da chuva, mas foi
Calmo, dignamente feliz o PRETTE ROSSO ?

Dezanove florins orçou o funeral,
Mais não comportava essa larga indigência,
tudo ao tempo ter entregue e num excesso de pródigo.
Sessenta e três anos: somente seis meninos
de coro em Viena, pagos para o acompanhar,
e ele modulara o trovão e o relâmpago em Setembro,
o tiro infalível do caçador, a ventura
de ter sido e deixado mais que todos os doges:
os doze movimentos de cada mês, a esperança
que prenhe o mundo, o concerto interior da natureza.

Poèmes extraits de A Ignorância da Morte (1978), de l’Antologia poética (1994) et de Decima aurora in A luz fraterna : Poesia réunida (2009).
Texte © António Osório (Trad. Raymond Farina) – Photographies © DR